La sophrologie de groupe: L’interview

Eloïse Lesterps est sophrologue et, plutôt que de rester cantonner à son cabinet, elle vient à notre rencontre et ouvre cette pratique au groupe, qui devient alors une technique de relaxation.

En quoi consiste la sophrologie?

C’est une technique thérapeutique qui consiste à aller rechercher un état entre la veille et le sommeil qui permet de venir travailler sur le cerveau à travers des exercices psychocorporels de mouvements corporels doux, de respiration, de détente profonde. On va travailler sur une problématique particulière. C’est une thérapie brève puisqu’il faut compter entre 6 et 12 séances en individuel.

Qu’est-ce que la sophrologie apporte à celui qui la pratique?

Retrouver plus de sérénité dans sa vie, réussir à prendre plus de distance sur les événements du quotidien, être plus patient… et puis après, ça peut traiter certaines pathologies comme des addictions, des phobies… ça dépend ce qu’on recherche. En général, c’est un état de sérénité.

Quel intérêt à venir pratiquer en groupe?

L’interaction avec les autres, ne pas rester isolé chez soi, voir que les autres ont souvent les mêmes problématiques que nous. Ça crée un effet de synergie. Mais on ne recherche pas la même chose en groupe qu’en individuel. En individuel, on est vraiment sur du thérapeutique alors qu’en groupe, ça va plutôt être de la recherche de bien-être.

Comment se structure un atelier de sophrologie de groupe?

Il y a d’abord un temps de parole. qui permet aux personnes d’exprimer leurs difficultés vécues dans la semaine. A moi, ça me permet d’ajuster les séances. Ensuite 4 exercices de relaxation dynamique. On travaille sur le corps, avec des mouvements corporels, sur la respiration. Et un exercice de détente profonde et de visualisation. En groupe, on va travailler sur la sérénité, la confiance en soi.

À qui s’adresse cette pratique?

A tout le monde. Elle peut être pratiquée en cas de crise mais il est conseillé de la pratiquer régulièrement, quand on est bien parce que justement ça permet d’essayer de trouver cet état de bien-être qu’on pourra appliquer plus facilement quand on est moins bien. Ça s’adresse vraiment à tout le monde: des enfants à partir de 3 ans jusqu’aux séniors. Les seules limites sont l’audition -être capable d’entendre les consignes – et les états de conscience modifiée: quelqu’un sous l’emprise d’une drogue ou de l’alcool. Et, avec les personnes schizophrènes, on le fait avec beaucoup plus de prudence.

Quels sont les thèmes que vous abordez en sophrologie de groupe?

Essentiellement la confiance en soi, les problématiques de sommeil, la gestion du stress, la gestion du temps.

La sophrologie est remboursée par certaines mutuelles. Dans quel cadre?

Au même titre que toutes les médecines douces en fait comme la psychologie, l’ostéopathie… ça va être dans ce qu’ils appellent le pack bien-être.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *